Dans le médias : Don d’organes et AMM

Donner ou pas ses organes après l’aide à mourir? (Le Devoir, avec la participation de Jean-François Lizé, directeur médical à Transplant Québec et intensiviste au CHUM, et de Dre Marie-Chantal Fortin, néphrologue et chercheuse au CHUM )

Selon Transplant Québec, si aucun organe n’a encore été prélevé auprès de patients ayant requis l’aide à mourir, « c’est que la très grande majorité des patients, atteints de cancer en phase terminale, ne peuvent donner leurs organes. Mais des patients atteints de maladies dégénératives, eux, pourraient se qualifier. Dans ces cas, si le patient décide d’aller de l’avant, on a le mot d’ordre de procéder », affirme Jean-François Lizé, directeur médical à Transplant Québec et intensiviste au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

Entrevue avec la Dre Marie-Chantal Fortin: questions d’éthiques entourant l’aide médicale à mourir et le don d’organes  (98,5 FM, émission Puisqu’il faut se lever, 22 mars, durée: 06:33)

Sollicitation publique de dons d’organes
La Dre Marie-Chantal Fortin, néphrologue spécialisée en transplantation et chercheuse au CRCHUM, est l’auteure principale d’un article paru récemment dans Transplantation, proposant des lignes directrices sur la sollicitation publique de donneurs vivants d’organes. Dans le contexte où les patients ont de plus en plus recours aux médias pour se trouver un donneur vivant, le document endossé par la Société canadienne de transplantation, le Programme national de recherche en transplantation du Canada (PNRTC) et la Société canadienne du sang (SCS) établit des balises pour les professionnels, les patients et le public.
Communiqué de la Société canadienne de transplantation >>>
Canadian Society of Transplantation press release >>>

LE BULLETIN ÉLECTRONIQUE DU CRCHUM | 4 novembre 2016

Symposium de Transplantation 2016

Date : LE 12 FÉVRIER PROCHAIN

Lieu : CRCHUM (centre de recherche du CHUM)
900, rue St-Denis, 5e étage
Montréal (Québec) H2X 0A9

Temps : 13 :00 à 17 :00

Sujet : Partenariat patient : travailler ensemble pour des meilleurs soins en transplantation

De part son savoir expérientiel puissant du système de santé, le patient greffé est un acteur privilégié qui doit pouvoir partager ses connaissances et son vécu avec les professionnels de la santé impliqués en greffe afin d’améliorer son expérience de soins et, ultimement, sa santé.

Renseignements : clara.baron.chum@ssss.gouv.qc.ca

Le comité organisateur

Mme Rosalie Langevin, greffée du rein
Mme Annie Descoteaux, mère d’une enfant greffée et chargée de projet à la direction collaboration et partenariat patient de la Faculté de Médecine, Université de Montréal
M. Vincent Dumez, codirecteur de la Direction collaboration et partenariat patient de la Faculté de Médecine, Université de Montréal
Dre Marie-Chantal Fortin , néphrologue au CHUM et chercheure au CRCHUM.
Dre Véronique Phan, néphrologue, Directrice intérimaire du programme de Transplantation de l’Université de Montréal, CHU Ste-Justine