en cours #3

Projets en cours:

Titre du projet : Les enjeux éthiques reliés au recrutement de paires compatibles dans les programmes d’échange en transplantation rénale : étude qualitative auprès des acteurs-clés et élaboration de lignes directrices.

Résumé : En transplantation rénale, le don d’organe entre personnes vivantes se démarque par la qualité supérieure des organes transplantés. De plus, le don vivant permet de réduire l’écart entre le nombre de patients en attente et le nombre d’organes disponibles. Toutefois, il peut être difficile pour une personne en attente d’une greffe de rein de trouver dans son entourage un donneur compatible. Or, l’option de participer à un programme d’échange s’offre maintenant aux personnes dans cette situation. Ces programmes consistent à jumeler des paires de donneurs et receveurs incompatibles. Néanmoins, dans le cadre de ces échanges les patients du groupe sanguin O sont désavantagés, ne pouvant que recevoir un rein d’un donneur du groupe O. Une alternative pour remédier à cette situation est le recrutement de paires compatibles. Dans le cadre de cet échange, une paire compatible, consistant en un donneur du groupe O et un receveur non-O, est jumelée à une paire incompatible, dont le receveur est du groupe O. Le donneur du groupe O fait alors bénéficier le receveur de l’autre paire en faisant don de son rein, même s’il était destiné à son proche. Le recrutement de paires compatibles dans les programmes d’échange soulèvent toutefois des enjeux éthiques importants.
Cette recherche a pour objectif de recueillir les visions des acteurs-clés du domaine de la transplantation rénale sur la participation de paires compatibles dans les programmes d’échange. Trois catégories d’acteurs-clés sont visées : les professionnels de la transplantation (chirurgiens, infirmières, travailleurs sociaux, etc.), les néphrologues et infirmières en pré-dialyse et les paires de donneurs et receveurs. Une approche empirique en bioéthique est utilisée; des entrevues semi-structurées sont effectuées avec 20 à 30 individus de chaque groupe. L’analyse de ces données contribuera au développement de lignes directrices dans un contexte canadien et québécois.

Organisme subventionnaire : Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC)

Chercheure principale : Marie-Chantal Fortin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s